Portrait. La photographe Séverine Vanbellingen sur la route du succès

Mars 2021 © Marie-Françoise Plagès

Depuis que la photographe Séverine Vanbellingen a posé son œil sur un objectif elle ne cesse de fédérer, de susciter l’étonnement auprès d’une communauté de « fans » admiratifs. Son univers photographique tout en émotion touche la fibre sensible de ceux qui découvrent ses clichés. De part la qualité de réalisation de ses séries de photos noir et blanc, de ses thèmes choisis, Séverine Vanbellingen montre de véritables aptitudes professionnelles et artistiques alors qu’elle revendique fièrement le titre de photographe amateure.

En 2019, elle s’inscrit tout naturellement dans le paysage photographique et fait des émules. Son blog (regard en images) attire de nombreux internautes puis les réseaux sociaux l’aide depuis à assoir une belle notoriété. Ainsi la photographe a participé à de nombreux projets : expositions, livres, concours… Mais cette passionnée des atmosphères de la vie quotidienne, des lieux oubliés, ne s’attendaient pas à relever de nouveaux challenges. Au fil des rencontres artistiques sur les réseaux sociaux l’idée de regrouper plusieurs arts s’est imposée dans ses aspirations. Explications.

Rencontre avec une photographe des âmes

La photographe Séverine Vanbellingen © DR

Marie-Françoise Plagès : Aujourd’hui Séverine Vanbellingen quel bilan tirez-vous depuis que vous avez commencé votre aventure photographique ?

Séverine Vanbellingen : Tous les projets que j’ai développé autour de la photo continue de me porter et de m’enthousiasmer. Je m’étonne parfois de tout ce qui m’arrive. Par exemple une exposition dans un village m’a permis d’avoir une publication dans une revue. Souvent j’ai ce genre d’opportunités. C’est un peu Noël chaque jour.

M-F P : Pendant le confinement vous avez continué de faire des séries de photos comme la série sur les mamies. Pourquoi avoir choisi ce thème ?

S.V : Durant cette période j’ai fait plusieurs séries « Sur le temps », « Les masques » et « Les mamies ». Je voulais avant-tout montrer un côté positif face à une situation sanitaire compliquée. J’ai choisi le thème « Les mamies » car les médias m’ont énervé. Ils les définissaient toujours par leur âge et comme des êtres vulnérables qui allaient mourir de façon presque inéluctable. Les personnes âgées sont seulement « un peu plus jeunes que nous depuis plus longtemps ». Ça m’a agacée de les voir stigmatisées. C’est un regard assez restrictif qu’on posé les médias sur les personnes âgées.

Ma série des mamies n’est pas qu’une série de personnes âgées. J’ai essayé sur les portraits, toujours en noir et blanc, de raconter leur histoire, de faire transparaître leur regard sur le monde environnant. Pendant les séances photos elles ont bien rigolé et également été touché par cette démarche. J’ai eu de très bons retour des internautes, chacun a évoqué ainsi des petites histoires de rencontres.

Portrait de Séverine Vanbellingen une photographe au plus proche des émotions © DR.

M-F P : Durant le deuxième confinement de nouvelles opportunités s’offrent à vous ?

S.V : Je me suis lancée dans un jeu concours organisé par « tirage d’Artois » .

Ma communauté d’internautes m’a apporté un fort soutien. Je leur ai demandé demandé de m’aider dans le choix d’une photo pour participer à ce concours. Et j’ai été sélectionné. Le cliché a été exposé au magasin de Tirage d’Artois à Arras durant tout le mois d’octobre. J’étais aux côtés d’autres photographes amateurs. Belle et riche expérience.

Puis j’ai enchaîné avec une exposition virtuelle à la médiathèque de Mirabeau sur l’Aisne.
L’office de tourisme de Béthune a présenté quelques photos sur leur page Facebook. J’avais besoin de nature pendant ce deuxième confinement. Mes pas m’ont porté vers des châteaux ou en forêt. Les gens ont redécouvert leur territoire, c’était très sympa puis ça m’a permis d’avoir une meilleure visibilité.

Découvrez son blog : Regard en images

Êtes-vous très active sur les réseaux sociaux ?

En fait plus particulièrement avec Tweeter. C’est une plateforme beaucoup plus simple et rapide pour ce que je cherche à faire. Je m’y suis intéressée par le biais d’un concours où j’ai gagné un livre « Mots passionnés » de Julie Nicoletto. J’ai été submergé par les textes alors j’ai souhaité réaliser des photos en rapport avec le livre. Finalement pourquoi pas mélanger les arts !

J’ai partagé mon projet avec d’autres auteurs qui ont validé mon idée. Du coup beaucoup de textes me sont parvenus. En fonction des ambiances, de ce qu’ils dégageaient j’ai essayé de me rapprocher de l’émotion de chaque livre. Le lien texte avec photos fonctionne très bien. Ainsi j’ai pu travailler avec 7 auteurs environ.

D’ailleurs sur Tweeter vous avez lancé un concours ?

Avec plus de 560 abonnés (février 2020) j’ai voulu organiser un concours pour faire gagner une de mes photos. Je m’attendais à avoir 5 à 6 personnes qui participent. Mais j’ai été victime un peu de mon succès, plus de 200 personnes se sont inscrites. La photo du gagnant est partie sur Paris.

Puis j’ai organisé un 2e concours où je faisais gagner le livre de Julie Nicoletto « Mots passionnels » illustré par mes photos. L’heureux gagnant est en Angleterre.

De regard en images – en écriture…. l’histoire photographique continue de s’écrire ?

De fil en aiguille des projets se sont enchaînés. La vidéo a été un nouvel espace à explorer. Je me suis donc lancée dans l’aventure du montage photo tout en insérant les voix des auteurs qui lisaient leurs textes. Tous ces projets me nourrissent et me confortent dans ce que je vis comme une vraie passion. Toutes ces expériences montre l’entraide et la bienveillance qu’il y a entre chaque personnes (photographe, auteur, lecteur…).

Dernièrement j’ai été contacté par l’annuaire de l’auto-édition où je suis inscrite en tant que « blogueuse photographe pour les auteurs ».

Le mot de la fin…

Tout se fait naturellement. Je suis sans cesse surprise des opportunités qui se présentent. En deux ans, sur le côté artistique de la photographie j’ai réussi à avoir une belle reconnaissance. Mais je me laisse guider, je vais au gré du vent, de mes émotions et de mes envies.

Mon rêve actuellement serait de faire une couverture d’un livre.

Propos recueillis par Marie-Françoise Plagès

Lire aussi

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.