Castelnau Mtier-Ste Alauzie. Jean-Claude Gautié, quand la ferraille devient poésie

Médialot mardi 20 avril 2021, Actu Lot – La vie quercynoise n°3937 du jeudi 29 avril 2021

Portrait d’un artiste pas comme les autres.

Aux confins du Lot et du Tarn-et-Garonne, dans un bel écrin de verdure, Saint-Privat de Brettes abrite, à côté de l’église, une demeure où Jean-Claude Gautié, sculpte, courbe, façonne, plie, des objets en fer pour réaliser fleurs, arbres, sportifs, oiseaux… Tout un univers ! L’artiste est un personnage qui revendique avec fierté d’être paysan (culture et élevage) mais qui regrette la non valorisation du métier au vu des efforts et du temps passé. En l’écoutant parler, il aime avant tout la vie et se passionne pour l’histoire locale. C’est un enthousiaste partageant sa vie entre son métier, le rugby, la langue française et l’art. La sculpture d’objets en fer, il est tombé dedans dès son plus jeune âge.

Jean Claude Gautié un artiste atypique © M-F Plagès.

« Je suis, depuis mon enfance, bercé par la forge, la ferraille ! Mon voisin exerçait la profession de forgeron, et je me rappelle que, mon plus grand plaisir était qu’il me permette de tirer sur la chaine qui mettait le grand soufflet en route pour alimenter la forge. J’en rêvais la nuit ! » raconte-t-il.

Puis sa vie de paysan l’a happé mais il gardait en tête de travailler la ferraille. Alors dès qu’il a pu avoir son premier poste à soudure il a commencé « à bricoler », inventer, réparer…

Puis au fil du temps,  Jean-Claude a trouvé son inspiration :

«Je trouve un sens : humain, ou animal, aux vieux outils cassés, rouillés , empilés dans les ronces. J’ai découvert depuis peu le monde du fer à cheval… avec lesquels je crée des personnages qui me tiennent à cœur, et qui se marient parfaitement à mes souvenirs : le rugby, la danse… la vie ! Les fers à chevaux sont relativement faciles à trouver. Ils se prêtent bien à donner de la vie et du sens à mes personnages. D’autre part, je réalise des petits arbres avec des câbles inox. J’ai une technique particulière, vraisemblablement unique »…

mais il en garde précieusement le secret. Depuis 4 à 5 ans, sortent de son atelier également des oiseaux, des hérons, des oies. Tous les objets ont une patine, une texture. Ses créations sont nettement appréciées. Cet été, elles seront exposées à différents endroits : à Castelnau-Montratier dans le cadre du Chemin des Arts’Cades, à SaintCirqSouillaguet,…  alors les rendez-vous sont pris pour découvrir un bel univers plein de poésie.

© Marie-Françoise Plagès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.