Échecs. Zoom sur Éric Prié grand maître international

Actu Lot – La vie quercynoise n°3966 du jeudi 25 novembre 2021
© Marie-Françoise Plagès

Eric Prié, grand maître international

Le 1er rapide d’échecs du Lot qui s’est déroulé dimanche 21 novembre 2021 bénéficiait de la présence d’un favori, Éric Prié, grand maître international, 53e joueur français, et spécialiste des simultanés en aveugle. Mais ce jour-là, c’est Loïc Fournier qui décrochait la première place. Alors même s’il est arrivé en 2e position, Éric Prié a salué la victoire de son adversaire d’un jour.

Eric Prié, grand maître international d’échecs, avec Vincent Denis au 1er rapide de Castelnau-Montratier dans le Lot © M-F Plagès.

Féru du jeu d’échecs à qui il voue une grande passion, Éric Prié a accepté de se confier sur ce sport qui fait partie intégrante de sa vie.

Actu Lot : Comment vous est venue la passion des échecs ?

Eric Prié : À l’âge de 13 ans et demi, je savais déjà jouer aux échecs. Personne ne m’a vraiment guidé à mes débuts, j’ai appris de manière autodidacte. Mais j’avais un copain qui était dans un club. Il faisait de la compétition, du coup j’ai demandé à faire de même. C’est comme cela que j’ai commencé. Puis j’ai intégré le club et là j’ai progressé très vite. C’est ce que je sais faire de mieux dans la vie et qui m’occupe le plus de temps. J’ai fait des échecs pratiquement toute ma vie même si j’ai eu quelques petites périodes d’interruption.

Quand avez-vous vraiment commencé de manière plus affirmée ?

E. P. : J’ai commencé les échecs en 1975, en 1978 j’obtenais déjà un titre de champion de France avec mon lycée où on a battu le grand lycée Fermat de Toulouse. Après, j’ai fait mon premier championnat de France national en 1980. Aujourd’hui je suis président du comité départemental de l’Aude où j’accompagne et conseille les jeunes pour les championnats de France et de Ligue.

À quel moment avez-vous obtenu le titre de grand maître international ?

E. P. : Je suis grand maître international depuis 1996. C’est un titre difficile à acquérir, cela demande beaucoup d’entraînements et de faire un certain nombre de performances.

Vous avez une spécificité bien particulière, faire des simultanés en aveugle, pouvez-vous nous expliquer ?

E. P. : En effet, j’ai une spécialité : je peux jouer contre plusieurs personnes les yeux bandés. Il faut savoir que ce n’est pas spécialement difficile, enfin pour une personne qui connaît très bien l’échiquier. Ce qui est plus difficile, c’est d’en jouer plusieurs en même temps. En France, j’ai pu jouer en simultané contre 15 très bons joueurs. La partie a duré 6 h. C’est extrêmement usant.

Mais ce dont je suis le plus fier, c’est que j’ai été 2e ex aequo et médaille de bronze au championnat du monde des plus de 50 ans en 2017 en Italie. Là c’est mon grand titre, mon meilleur résultat en individuel.

Ce qui vous plaît le plus dans les échecs ?

E. P. : C’est gagner… J’adore la compétition.