Ateliers 2022-2023. Les cas du Cyrque font leur rentrée

Actu Lot – La vie quercynoise n°4007 du jeudi 1er septembre 2022

Les Cas du Cyrque, école de cirque basée à Caillac avec un rayonnement sur le Grand Cahors, prépare allègrement sa rentrée afin de proposer des disciplines circassiennes à ses adhérents de tous âges (jeunes, ados, adultes).

©M-F P

Les Cas du Cyrque font leur rentrée 2022-2023 © M-F Plagès

Les années de crise sanitaire, 2020-2021, n’ont pas été simples pour la troupe mais malgré tout la fréquentation reste la même. Dernièrement ils viennent de décrocher un prix auprès de la fondation d’entreprise Banque Populaire d’Occitanie. Ce qui leur a permis d’investir dans du matériel. L’école compte actuellement 4 salariés depuis le 1er juillet 2022 dont trois temps plein et une horde de bénévoles nommés « cas latéraux » « petit clin d’œil aux dommages collatéraux » souligne Jérôme Cordoba coordinateur des projets des Cas du Cyrque, il poursuit « mais sans eux nous ne pourrions pas faire grand-chose ».

Dans la plaine où se dresse le chapiteau, pendant que l’équipe des Cas du Cyrque et les bénévoles s’affairent pour tout agencer afin de recevoir prochainement leur public, Jérôme Cordoba, dresse à l’aube de la 4e rentrée de l’école, le bilan des années écoulées.

Quel bilan dressez-vous depuis la crise sanitaire ?

Les effectifs sont stables et nous avons beaucoup plus de jeunes qui viennent rejoindre les Cas du Cyrque. À l’heure actuelle nous avons 138 adhérents inscrits. Les différents ateliers proposés pour la rentrée de septembre 2022 vont permettre d’accueillir jusqu’à 250 adhérents. Alors soyons optimistes. Les années de crise sanitaire, 2020-2021, ont été vraiment compliquées pour les salariés. Nous avions très peu d’aides car nous venions tout juste de commencer au printemps 2019 l’école et pas un exercice comptable complet à notre effectif pour prétendre avoir des soutiens financiers. Mais la préfecture nous a beaucoup aidés. Grâce à elle nous avons pu souscrire à un projet innovant permettant de lancer un contrat. Ainsi nous sommes rentrés dans la catégorie employeur et nous pouvons prétendre à certains appuis.

Le prix remporté que vous permet-il de faire ?

Le prix qui nous a été décerné, par la fondation d’entreprise Banque Populaire d’Occitanie, a permis d’acquérir une élévatrice. Une aide indispensable pour dresser le chapiteau. Il y a plus de 4 tonnes de matériel à soulever pour une surface de 480 m². Nous goûtons vraiment notre plaisir car nous avons gagné en confort de travail, d’effort de montage et de démontage.

Que peut-on apprendre à l’école du cirque ?

Cinq grandes disciplines et des plus classiques sont enseignés au Cas du Cyrque : acrobatie, jonglerie, aérien, équilibre sur objet et jeu d’acteurs. Mais si vous avez d’autres talents : musiciens, chanteurs, danseurs… c’est un plus pour rejoindre la troupe.

L’idée circassienne est de savoir faire plusieurs disciplines, rien n’est fait sous la contrainte et rien n’est impossible. Il suffit juste d’un peu d’effort, de rigueur, d’une bonne dose de curiosité et vouloir tester les différentes disciplines afin de trouver celle où chacun peut donner le meilleur de lui-même et s’épanouir. De plus, les Cas du Cyrque font partie des coupons sports CDOS donc c’est un double avantage pour choisir des disciplines circassiennes.

Vous souhaitez vous faire mieux connaître auprès des communes ou de partenaires. Par quels moyens les sensibiliser ?

Nous avons organisé une table ronde où étaient tous les partenaires qui nous accompagnent depuis le début ainsi que les mairies, les intercommunalités, espaces vies sociaux, élus de la culture, jeunesse… pour discuter autour d’une thématique « comment dynamiser et pérenniser une jeune école de cirque locale » et à s’exprimer sur le travail avec la jeunesse pour la ruralité. Nous sommes très actifs sur le territoire et nous attendons de nos partenaires qu’ils soient réactifs afin de répondre à leur questionnement, à leurs attentes. D’un autre côté nous voulons également leur montrer comment fonctionne notre école et ce que nous apportons.

Le mot de la fin…

Notre objectif est de faire reconnaître l’école du cirque sur le territoire et être protagoniste. Nous invitons les gens de toutes générations confondues à essayer, à regarder, à participer.

MARIE-FRANÇOISE PLAGÈS

  • Renseignement et contact : lescasducyrque@gmail.com ou 06 88 01 92 40. À Caillac : le chapiteau reste ouvert jusqu’à début octobre suivant les conditions météorologiques.

À l’agenda

Prochain spectacle organisé par les Cas du Cyrque

Desiderata par la Cie Cabas, vendredi 30 septembre, à 20 h 30, à la Prade. 6 jeunes artistes sortis du CNAC s’investissent avec Sophia Perez de la question du genre. Le cœur de Desiderata est de porter leur parole avec leurs corps et leurs voltiges au portique coréen, et à la bascule, leurs mouvements dansés et leurs textes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.